lunduniversity.lu.se

Språk- och litteraturcentrum

Humanistiska och teologiska fakulteterna | Université de Lund

Profile de la recherche

Nous prenons notre point de départ dans une réception critique de ce que l’on est convenu d’appeler la sémiotique de la culture, lancée par l’école de Tartu dans les années ‘70, dont le but était surtout d’arriver à une interprétation des faits de l’histoire russe, et qui a ensuite été développée par des semioticiens surtout allemands et nord-américains. Notre but, cependant, est d’appliquer ce point de vue aux différences entre les formes pré-modernes et modernes de transmission sociale dans le sens le plus large de ce terme, ainsi qu’à la manière dont celles-ci ont été modifiées pendant ces derniers temps. Nous sommes particulièrement intéressés par l’expression spatiale de ces formes de transmission, par exemple la forme de la ville. Un autre centre de notre intérêt est l’influence de nouveaux médias, tels que la télévision et les ordinateurs, et l’importance croissante de quelques vieux types de signes, tels que les images.

Une autre ligne de raisonnement que nous poursuivons concerne la position du sphère artistique dans la culture, en tant qu’une partie spécifique du domaine plus large de la production des images, qui est toujours engagée dans un procès de transformation. Nous avons également pris un intérêt toujours plus aigu pour les difficultés du contact entre la culture suédoise et d’autres cultures, celles en dehors de son domaine d’extension spatiale, naturellement, mais également celles qui occupent de nos jours le même espace, à savoir les cultures des immigrants.

Cet intérêt s’est développé à partir d’une préoccupation plus ancienne pour les différences formelles entre les potentialités du langage verbal et des images pour transmettre l’information. Cet intérêt est actuellement poursuivi, en partie dans le sens d’une révision de la rhétorique visuelle, et également comme une étude des différentes potentialités des moyens imagiers et verbaux pour rendre certains types spécifiques d’information tels que, par exemple, la narrativité. Les deux thèmes dominants de cette recherche ont été, d’une part, une critique de la critique de l’iconicité (telle qu’elle est réprésentée par, notamment, Eco et Goodman); et d’autre part le développement d’un modèle pour la sémiotique imagière, qui est basée sur la rhétorique visuelle, elle-même fondée sur les concepts d’indexicalité et d’opposition.

Ce travail a commencé il y a bien longtemps comme une tentative pour étudier des problèmes linguistiques dans un cadre sémiotique intégré, en vue de remplacer “la corbeille à papier de la pragmatique”. L’approche en question était ensuite étendue, pendant mes années à Paris, dans la direction d’une sémiotique de la gestualité. Ces thèmes m’occupent aujourd’hui de nouveau.

Une ligne de développement encore plus recent, initiée au sein du project "Le langage, la gestualité, et les images, du point de vue de leur développement sémotique", concerne la sémiotique evolutive. Ella a été poursuivi d'abord dans le projet SEDSU ("Stages in the Evolution and Development of Sign Use"), financé par l'UE, et, depuis quelques années, dans le Centre de sémiotique cognitive. La sémiotique de Lund est fondée sur l'analyse phénoménologique, mais utilise aussi des expérimentes et d'autres approches empiriques.